Aller àMe connecter Aller àInscription
Aller àMe connecter Aller àInscription

🌱 Livraison Gratuite en France Métropolitaine dès 25€

Zéro Déchet : Que ferait votre grand-mère ?

Elodie A. - 20 Octobre 2021

zéro déchet blog déclic

Bien avant le concept du Zéro Déchet, nos grands-parents avaient l’habitude de réutiliser tout ce qui pouvait l’être.
Ils réparaient les objets usés ou cassés, ils n’achetaient que ce dont ils avaient besoin, et ils préféraient manger local et de saison.

Dans cet article, je vous parle
-> de mon déclic, ce moment où j'ai pris conscience de l'absurdité de certains de nos comportements
-> du moment dans l'histoire moderne où l'on a basculé vers plus d'objets jetables
-> de comment s'inspirer du passé pour construire un futur plus responsable

Le déclic de l’essuie-tout

Il y a toujours eu chez moi, lorsque j’étais enfant, de l’essuie-tout jetable. Le fameux Sopalin, pour ne pas le citer, faisait partie du quotidien.

C’est donc assez naturellement qu’une fois adulte, je perpétue cette habitude chez moi. Le rouleau de papier absorbant s’insinue dans nos vies jusqu’à devenir un réflexe.

Je renverse de l’eau ? Quelques feuilles d’essuie-tout pour éponger.
A table en guise de serviette ? Un papier pour chacun.
Il trône fièrement dans la cuisine pour se rappeler à nous, tout le temps.

Puis un jour, l’absurdité de la situation m’a saisie. Une feuille de Sopalin a généralement une durée de vie de quelques secondes puis se retrouve instantanément à la poubelle, parfois en ayant à peine servie.

Le pire, c’est que je ne voyais pas du tout à ce moment-là comment m’en passer.
L’utilisation du sopalin étant ancrée et intégrée dans mes habitudes depuis ma tendre enfance.

Je me suis alors demandée « comment faisait ma grand-mère ? »

Et depuis, cette question me guide dans chaque étape de mon cheminement pour réduire mes déchets du quotidien.

Je me projette dans un tout autre quotidien, dans un monde où le jetable n’existe pas, et les solutions m’apparaissent, telle une évidence.

Le déclic du Sopalin est à l’image de tout le reste dans ma maison.

Et plus j’avance dans cette transition Zéro Déchet, plus je me demande :
Comment en est-on arrivé là ? Pour le savoir, il faut remonter au 19ème siècle.

L'ère du tout jetable, quand tout a basculé

Laissez-moi vous raconter la petite histoire d’un célèbre fabricant de rasoirs.

A la fin du 19ème siècle, King Camp Gillette invente le premier rasoir de sureté. Une petite révolution quand on se rappelle les rasoirs de l’époque, pas très pratiques et plutôt dangereux.
Ce nouveau rasoir intègre une lame, qu’il n’est pas nécessaire d’aiguiser, puisqu’elle peut être changée et donc remplacée par une neuve.

Le rasoir à lame interchangeable est né, et là débute l’ère du jetable dont le but premier est de faire du profit.

Et cela bien avant l’avènement du plastique, qui va sceller le sort du réutilisable en facilitant l’usage unique dans tous nos objets du quotidien.

Le plastique permet de réduire les coûts de fabrication de certains produits. Et le jetable implique nécessairement le renouvellement, donc plus de profits.

En gros, on fabrique moins cher, et on vend plus, donc c’est tout bénéf’ pour les entreprises.

Pourquoi perdre son temps à laver un objet qui peut être jeté aussitôt utilisé ?
Un argument de poids à une époque où les femmes s’émancipent et commencent à délaisser le foyer pour construire une carrière professionnelle.

Notons tout de même que l’invention du jetable a permis une avancée majeure dans le milieu médical, en réduisant les infections nosocomiales. 

Un passé inspirant pour un avenir plus modéré

Si revenir au temps de nos grands-mères n’est pas vraiment l’objectif, on a beaucoup à (ré)apprendre.

Nous avons la chance de vivre à une époque où les technologies nous facilitent grandement le quotidien. Pas question de revendre votre lave-linge ou de renoncer à une douche chaude tous les jours, si cela est un sacrifice.

Nous pouvons en revanche réfléchir à l’utilisation que nous avons de chaque objet et faire évoluer nos habitudes.

Il est tout à fait possible de se passer de Sopalin et d’utiliser une éponge et un torchon.

Mais si vous appréciez le format de l’essuie-tout et que vous souhaitez tout de même en avoir à disposition dans votre cuisine, alors des carrés essuie-tout lavables semblent être une alternative raisonnable. 

En résumé, prenons le temps de nous rappeler que ce n'est pas parce qu'on a "toujours fait comme ça", que c'est la bonne manière de faire.

Il n'y a pas une façon de vivre et de consommer qui est la bonne, mais il est important de se remettre en question régulièrement pour tendre vers un équilibre cohérent pour chacun, et pour l'avenir de notre planète.

Et vous ? Quel a été votre déclic ?

Nos autres articles

Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published